La cité de maisons d’ouvriers agricoles de Champigny-en-Beauce

Rue de la Cité

Pour qui est familier des villages ruraux de la petite Beauce, la rue de la Cité à Champigny-en-Beauce présente un aspect étrange. L’alignement des maisons aux pignons et aux toits de tuile tous semblables, le nom même de la rue laissent croire que des mines furent exploitées dans cette commune. Il n’en est rien. Il s’agit d’une Cité ouvrière agricole créée par un riche philanthrope dans la deuxième moitié du XIXème siècle.
François-Philibert Dessaignes naît à Vendôme en 1805 et décède à Champigny-en-Beauce en 1897. Il a d’abord fait fortune comme notaire à Paris dans le nouveau quartier de la Bourse. Il est élu député du Loir-et-Cher en 1846. Il vient s’installer à Champigny en 1850 sur la propriété de son père qu’il modernise et agrandit. C’est aujourd’hui le château de la Fontaine.
Comme Lavoisier à Freschines, il fait prospérer son domaine agricole en employant des méthodes scientifiques. Entre 1858 et 1863, il fait construire la ferme de la Fontaine voisine de son château, avec des bâtiments rationnels et fonctionnels écartés les uns des autres pour éviter la propagation des incendies.
Il devient maire de Champigny en 1867 et le restera jusqu’à sa mort sauf entre 1870 et 1878. En 1859, son fils cadet, Henri-René, lieutenant du Génie, meurt de dysenterie après la bataille de Solférino. En 1860, son fils aîné ingénieur, Edme-Philibert, décède de maladie. Très frappé par ces décès, il se consacre aux œuvres sociales et charitables. En 1863, il fait construire à Champigny un hospice pour vieillards qu’il nommera « Asile des Deux-Frères » en hommage à ses deux fils.
Son troisième fils, Juvénal-Félicité, décède à son tour en 1852. Ses trois petites filles décéderont aussi prématurément en 1861, 1863 et 1881. En 1870, il commence l’édification de son grand’oeuvre, une Cité agricole ouvrière. La construction, interrompue par la guerre de 70, sera achevée en 1897. L’ensemble du projet urbanistique comprend plus de trente maisons dont un bureau de poste, une boulangerie, des logements destinés au médecin et au vétérinaire, un lavoir, la maison cossue du régisseur, la mairie puis plus tard un café-hôtel. La taxe sur les ouvertures existant encore, les fenêtres sont réduites. François-Philibert Dessaignes défendra toujours l’école publique laïque. Il ouvre une première école maternelle et met en place l’enseignement primaire.
À son décès, il lègue une très importante somme d’argent au département, à charge pour celui-ci d’édifier dans les dépendances de son établissement d’aliénés un corps de logis destiné à recevoir les épileptiques et les handicapés mentaux domiciliés en Loir-et-Cher. L’hospice Dessaignes, quartier annexe de l’asile de Blois, fut inauguré le 5 février 1911. Après la deuxième guerre mondiale, il devint le lycée Dessaignes.
Vers 1909, Madame Dessaignes, belle-fille de François-Philibert Dessaignes, offre la maison du régisseur à la ligue contre la tuberculose en mémoire de sa fille emportée par cette même maladie.
Les logements et la maison de retraite des Deux-Frères sont en lice au concours de l’exposition d’économie sociale de l’exposition universelle de 1889. La Cité ouvrière remporte la médaille d’or. Le seul autre exemple français de cité ouvrière agricole est, en 1920, la cité Besnard à Guyancourt dans les Yvelines.

Allée des Tilleuls et rue de la Fontaine, anciennement rue de Budan

Le château de la Fontaine et la ferme de la Fontaine.

Le foyer des Deux-Frères. Le bâtiment avec l’œil-de-bœuf est la salle d’asile.

La maison du médecin, les communs, le bâtiment des visites, la grange et l’écurie.
Sur les murs de la grange et de la cour de la maison du médecin, deux petits anneaux pour attacher les chevaux des patients.

La boulangerie et la poste.

La maison du régisseur.

Des pans coupés au coin des rues pour permettre aux charrettes de foin de tourner. S’il y a une marche, c’est qu’il y avait une porte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s